Les gens pauvres sont plus confrontés aux problèmes de pari

Selon une étude de University at Buffalo Research Institute on Addictions RIA (Université de l'Institut de Recherche de Buffalo sur les Dépendances), plus le quartier est pauvre, plus le risque de pari compulsif est élevé.

Basé sur des entretiens téléphoniques de 5 000 personnes environ, âgées de 14 à 90 ans aux États-Unis, l'étude a révélé que les problèmes de pari étaient deux fois plus élevés dans les quartiers à plus fort taux de concentration de pauvreté, contrairement aux quartiers moins pauvres qui ont un taux plus faible.

L'étude a été publiée en juin dernier dans le Journal of Behavioral Addictions

Dans les zones ayant le plus fort taux de pauvreté, plus de 11 pour cent des personnes sont des parieurs compulsifs, tandis que 5 pour cent seulement le sont dans les quartiers classés parmi les 5 premiers ayant un avantage économique. Ce taux a été déterminé par des facteurs de recensements tels que le pourcentage de personnes qui étaient au chômage, le pourcentage d'aide publique et/ou encore par le pourcentage des personnes qui vivent dans la pauvreté. En outre, les personnes ayant le statut socio-économique le plus faible dans les quartiers les plus pauvres sont celles qui sont les plus susceptibles d'avoir des problèmes de pari.

Le pari compulsif a été déterminé par un certain nombre de symptômes, y compris le pari avec des quantités croissantes d'argent, les efforts répétés mais infructueux pour contrôler ou arrêter de jouer, et des symptômes de personnes préoccupées par des activités de paris de hasard. Les types de pari dont il s'agit dans les casinos sont entre autres les paris sportifs, les courses de cheval ou de chien, les loteries et paris en ligne, les tombolas, les paris de bureau, les paris de bienfaisance, les paris de tickets et le bingo.

Les auteurs ont émis l'hypothèse d'un certain nombre de raisons pour lesquelles le pari est accentué dans les quartiers pauvres. « Il se peut que les personnes qui vivent dans des quartiers défavorisés ne voient pas beaucoup de modèles de réussite financière par des moyens conventionnels », déclare John W. Welte, PhD, RIA chercheur scientifique principal et un coauteur de l'étude. « Par conséquent, le pari est considéré comme l'une des rares possibilités de réussite financière et entretient le rêve de pouvoir gagner de l'argent facilement ».

E-mail

Nom
Email Id: